Recevoir la newsletter

Magazine

La puissante banque américaine JP Morgan acquiert un géant du marché des forêts

Forêt USA

Crédit photo Campbell Global

A l’heure où l’une des plus puissantes banques du monde, la JP Morgan (JP Morgan Chase & Co), s’ancre en France, elle s’ancre également en forêt ! 

Avec des actifs qui s’élèvent à 3.700 milliards de dollars (le PIB de la France en 2018 était de 2.788 milliards de dollars) et des opérations dans le monde entier, la JP Morgan est un chef de file des services bancaires d'investissement, des services financiers aux particuliers et aux petites entreprises, des services bancaires commerciaux, du traitement des transactions financières et de la gestion d'actifs. 
JP Morgan Asset Management est le nom commercial des activités de gestion d'actifs de la JP Morgan. Ce leader mondial de la gestion des investissement a annoncé le 21 juin 2021 avoir acquis Campbell Global, acteur reconnu dans l'investissement mondial dans les forêts et la gestion des ressources naturelles, « dans le but d'avoir un impact direct sur la transition vers une économie à faibles émissions de carbone et de fournir des opportunités d'investissement soucieuses du climat, de la conservation et de la biodiversité ». Les termes de l'accord avec la société mère de Campbell Global, BrightSphere Investment Group, n'ont pas été divulgués.
Basée à Portland, Oregon, Campbell Global a plus de trois décennies d'expérience, 5,3 milliards de dollars d'actifs sous gestion et gère plus de 688.000 hectares dans le monde avec plus de 150 employés ( notamment dans 15 Etats américains, en Nouvelle-Zélande, en Australie et au Chili). Elle offre à ses clients des services complets et intégrés de gestion des investissements dans les forêts et les ressources naturelles. « Nous analysons les opportunités de transaction dans le monde entier, et lorsqu'une transaction potentielle se présente qui répond aux attentes de risque-rendement de nos clients, nous avons l'expertise pour structurer et exécuter en leur nom. En tant qu'entreprise à service complet, nous fournissons des services de transaction (acquisitions et ventes), des services de gestion immobilière et de portefeuille, et des services de comptabilité et de reporting. Nos revenus sont générés exclusivement par ces services, que nous fournissons en interne par le biais de notre propre base d'employés », explique Campbell Global. « Nous optimisons les rendements grâce à des stratégies d'investissement et de gestion ciblées pour l'acquisition, la gestion et la sortie d'investissements dans les forêts et les ressources naturelles. […] Nous sommes des experts en exploitation forestière et évaluation, prévision des prix, économie forestière, analyse des opérations forestières, analyse du calendrier de récolte et analyse de la croissance et du rendement. Nos professionnels surveillent et recherchent en permanence les tendances économiques mondiales et nationales. »
A peu près au moment où la JP Morgan annonçait acquérir Campbell Global, elle annonçait porter le salaire de ses analystes juniors de 85.000 $ à 100.000 $ par an. Compterait-t-elle extraire des forêts ces substancielles sommes allouées ? Le raccourci est malicieux, mais ce qui est par contre certain c’est que JP Morgan Asset Management estime que la séquestration du carbone dans les forêts du monde entier jouera un rôle important sur les marchés du carbone, et espère devenir un participant actif aux marchés de la compensation carbone au fur et à mesure de leur développement. « Cette acquisition élargit notre offre d'alternatives et démontre notre volonté d'intégrer le développement durable dans notre entreprise d'une manière significative », a déclaré George Gatch, PDG de JP Morgan Asset Management. « Investir dans les forêts, au nom d'institutions et de particuliers fortunés, nous permettra d'appliquer notre expertise dans la gestion des actifs réels des forêts, qui constituent une solution naturelle à de nombreux défis climatiques, de biodiversité et sociaux dans le monde. »
« Nous avons réalisé notre premier investissement institutionnel dans les terres boisées il y a 35 ans, avons depuis planté plus de 536 millions d'arbres et sommes devenus un leader de la foresterie durable. Nous sommes impatients de poursuivre ces efforts avec JP Morgan. Surtout, cette transaction positionne Campbell Global pour servir nos clients existants de classe mondiale au plus haut niveau », s’est enthousiasmé pour sa part le directeur de Campbell Global, John Gilleland.
« L'acquisition de Campbell Global nous offre l'opportunité de construire une solide plateforme de séquestration du carbone », a déclaré Anton Pil , responsable mondial de JP Morgan Global Alternatives, la branche d'investissement alternatif de JP Morgan Asset Management. « L'investissement dans le bois améliore encore nos offres de classes d'actifs dans nos activités alternatives, en transmettant en fin de compte les avantages uniques de la gestion forestière à nos clients. Notre connaissance des marchés de l'immobilier et des transports, en particulier, devrait offrir des opportunités d'optimiser l'utilisation du bois et les produits du bois plus verticalement. » 
L’avenir des forêts est-il entre les mains des banquiers (dont, depuis septembre 2008, on connaît certains défauts) ? « Nous avons toujours soutenu qu'il ne devrait y avoir aucun compromis entre investir judicieusement et investir de manière responsable », a déclaré, optimiste, John Gilleland.

Forêt

Première Transformation

Gestion forestière

Homepage

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15