Recevoir la newsletter

Magazine

L’ESB investit plus d’un million d’euros dans un nouvel atelier

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo ESB

C’est afin d’accompagner au plus près la nécessité pour la filière bois de se moderniser, et de développer notamment une offre en matière de produits techniques, que l’Ecole supérieure du bois de Nantes vient d’investir plus d’un million d’euros, en partenariat avec le Codifab et Biesse France, dans un atelier composé de 6 machines, grâce auquel ses 400 étudiants (BTS, bachelor, diplôme d’ingénieur, mastère spécialisé) vont pouvoir approfondir leur formation grâce à des outils numériques de pointe. L’atelier permettra également à l’école d’accompagner les entreprises dans leurs projets de R&D.

Avec cet investissement, l’ESB entend renforcer encore ses relations avec le monde de l’entreprise. Elle dispose désormais de 2.000 m2 consacrés à la conception et à la production, répartis entre un laboratoire dédié à la créativité, une salle immersive, un espace de maquettage et ce nouvel atelier. L’ensemble formant le «Makers Playlab» qui permettra aux étudiants et aux entreprises de lancer la réalisation de prototypes complexes : objets sophistiqués, meubles, escaliers, ou encore structures destinées au marché de la construction.

«Nous avions besoin d’un outil moderne et performant pour former des cadres intermédiaires et supérieurs capables de s’inscrire dans la logique de l’industrie 4.0», explique Arnaud Godevin, directeur de l’école : «Nous sommes très heureux de la polyvalence de ce nouvel atelier et de son niveau de technicité : il est rare de trouver une machine de taille de charpente dans une école, par exemple. Notre choix s’est porté sur Biesse car, au-delà de la simple acquisition, nous avons pu mettre en œuvre un partenariat pour accompagner la montée en compétences des étudiants. Ces derniers sont d’ailleurs déjà très à l’aise dans ce nouvel environnement qui devient un lieu de passage incontournable et enrichit l’ensemble de nos cursus».

«Cet équipement est également un facteur d’attractivité pour la filière et notamment le secteur de la construction : l’intégration du numérique dans chaque phase du travail, de la conception à la réalisation, ouvre de nouvelles perspectives et transforme l’image des métiers du bois. Aujourd’hui, le marché de la construction est essentiellement tourné vers les résineux. Or, les forêts françaises sont majoritairement composées d’essences feuillues. Ce qui explique en partie la pénurie à laquelle nous sommes actuellement confrontés et qui met en difficulté bon nombre d’entreprises. Un tiers de notre territoire est boisé mais nous sommes contraints d’importer. Il faut donc investir massivement pour trouver de nouveaux débouchés aux ressources dont nous disposons. Le numérique et les nouvelles technologies font partie des clefs pour expérimenter, analyser, gagner en efficacité et en rendement», souligne-t-il.

Six machines de pointes

Opérationnel depuis septembre 2020, le nouvel atelier de l’ESB s’articule autour de six machines de pointe, à savoir : une machine de taille Uniteam RC dédiée au façonnage de la charpente, à la construction de structures à châssis et de maisons préfabriquées ; une Rover K FT, centre de nesting conçu pour l’usinage de panneaux en bois et de leurs dérivés, dans une logique d’imbrication et d’optimisation de la matière ; une plaqueuse de chants Akron 1330 Airforce, qui dispose d’un système de placage de chants à air chaud comprimé et garantit la résistance à l’eau et à la chaleur ; une Rover A 5 axes, centre d’usinage à commande numérique consacré à la production de meubles et de menuiseries ; une perceuse verticale Brema EKO 2.1 compacte et polyvalente ; une ponceuse Viet S2 équipée d’une bande transversale, de deux zones de calibrage/ponçage dont une avec patins électroniques ainsi que deux brosses pour ouvrir les pores ou structurer la matière.

Fournies par Biesse, spécialiste des technologies pour l’usinage du bois, ces machines sont toutes interfacées grâce à Sophia, la plateforme IoT du groupe. Cette dernière offre un suivi en temps réel des performances (optimisation, entretien, maintenance prédictive...). L’accord de partenariat qui lie l’ESB à la société italienne prévoit une mise à jour régulière du parc qui fera également office de showroom en région Pays de la Loire, pour la réception de clients. En parallèle, l’école a aussi bénéficié d’un soutien financier du Codifab, le Comité professionnel de développement des industries françaises de l’ameublement et du bois.


ESB

 

Auteur

  • Stéphane Jardin

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format